Billetterie en ligne du Mémorial ACTe
Billetterie en ligne du Mémorial ACTe Programmation Accueil billetterie Site officiel
Le programme
Théâtre /// L'Orchidée violée
24/03/2017 20h00
Spectacle Théâtre /// L'Orchidée violée
Théâtre /// L'Orchidée violée
Spectacle
Salle des congrès et des arts vivants - Pointe-à-Pitre - 97110 Pointe-à-Pitre
L'Orchidée violée,

Astrid Mercier interprète Maria,
Un texte poingant de Bernard Lagier,
Une mise en scène de Hassane Kassi Kouyaté,
Lumières : Marc-Olivier René - Costumes : Anuncia Blas
Production : Tropiques Atrium Scène nationale

« Maria raconte son histoire celle d'une Orchidée, cette fleur à laquelle Pline L'Ancien attribue à un pouvoir sexuel et à laquelle on accorde à partir du XVII eme siècle des vertus aphrodisiaques. Violée par son père et maintenant par son fils-frère issu de cet inceste elle refuse de le livrer aux armées du Président Vonvon : « Je suis une orchidée violée [...] Même rétrécie , je me réjouis de pouvoir tacher de couleurs chaudes cet amour noir que m'offre la vie. ». La gageure consistait à ce que Maria, s'adresse non pas à un public en tant que groupe mais à chaque spectateur singulier, non pas pour le sommer de participer à un spectacle, non pas pour en faire un « spect-acteur » (…) ni même pour l'amener à une réflexion sociale ou politique sur la situation décrite, mais pour construire une expérience sensible dans laquelle son attention à la fois profonde, souterraine et flottante, détachée de tout réalisme renvoie à l'interrogation de l'énigme qui le constitue. Faire du texte un quatrième mur transparent, perméable, aérien et tangible derrière lequel la comédienne s'efface et se transforme en passeur du verbe refusant d'illustrer le texte ou d'en induire le sens par des intonations plus ou moins habiles, faire entendre « la voix muette de l'écriture » comme le dit si bien Marguerite Duras, voilà ce à quoi était convoquée Astrid Mercier. A-t-elle répondu à cet appel exigeant et éreintant ? »
Roland Sabra


Après la représentation rencontre avec l'auteur, l'interprète et le metteur en scène pour en parler. ©Blind

HEURE :

20H Tout public (Salle des congrès et des arts vivants)

DURÉE : 120min

TARIF : 18€, 15€, 8€
Prix : de 8 € à 18 €
KALAKASWÉ // Stella MOUTOU
26/03/2017 16h00
KALAKASWÉ // Stella MOUTOU
KALAKASWÉ // Stella MOUTOU
Loisirs
Terrasse Evènmentielle - Pointe-à-Pitre - 97110 Pointe-à-Pitre
Kalakaswé sonne de façon poétique, comme l'improvisation d'une danse à naître…

Ce rendez-vous est né d'une envie de créer autour de la danse.

Cette proposition à « Entrer dans la danse ! » fait l'objet d'une réflexion sur l'importance de la transmission de la culture, la transmission de pratiques, de savoirs, en mettant en place pour les ACTeurs, visiteurs, participants, différentes formes qui tissent des passerelles, des dialogues entre les cultures. Les kalakaswé ont pour objectif une meilleure compréhension de la création et de la recherche autour du ka. Il s'agit d'une initiation à la démarche des chorégraphes, chanteurs, tanbouyés, mais on ne peut enlever à ce rendez-vous sa dimension de témoignages, d'émotions, de lâcher prise. Moment fidélisant pour les adultes et les enfants, seul, en famille ou entre amis : apprendre de façon pédagogique et ludique.

L'idée d'imaginer des gestes en toute liberté, s'inspirer de l'Histoire, de la vie, et créer-inventer au rythme des sept souffles du ka : toumblak, woulé, padjembèl, menndé, graj, kaladja, et léwòz.
Prix : 5 €
Femme artiste, Artiste femme...
28/03/2017 19h30
Soirée Femme artiste, Artiste femme...
Femme artiste, Artiste femme...
Soirée
Salle des congrès et des arts vivants - Pointe-à-Pitre - 97110 Pointe-à-Pitre









Soirée Bokantaj artistique Guadeloupe-Miami
 « Femme artiste, artiste femme
….une révolution du regard ? »
Conversation entre l'artiste Guy GABON, les artistes guadeloupéennes
invitées (Nèfta, Minia BIABIANY, Kelly SINNAPAH MARY) et Rosie Gordon Wallace
(Directrice de Diaspora Vibe Cultural Art Incubator) et ses artistes de Miami. Alix
PIERRE, professeur et chercheur à Spelman College d' Atlanta sera le
modérateur.
Contexte de la rencontre : Regards Croisés est un projet
artistique et culturel initié par Alix PIERRE, Phd (professeur et chercheur à
Spelman College, Atlanta) et Rosie Gordon Wallace (Directrice de DVCAI,
Diaspora Vibe Cultural Art Incubator, une couveuse d'artistes de Miami), en
partenariat avec l'artiste Guy Gabon.
Ce projet est le résultat d'une démarche artistique et culturelle qui a vu
le jour en 2014 et qui fait l'objet d'un travail collaboratif au sein des
Amériques et de la Caraïbe et se poursuit depuis trois ans déjà.
Cette initiative est la résultante d'un travail de recherche, d'échanges
et d'explorations artistiques qui vise à mettre en lumière les correspondances
existantes entre la caraïbe et les Amériques dans le domaine culturel
artistique et socio culturel.
Dans ce volet intitulé regards croisés, les acteurs du projet souhaitent
porter un regard particulier sur les artistes de la Guadeloupe et la diaspora
et faire un focus sur le Centre Caribéen d'expressions et de mémoire de la
traite de l'esclavage.

 
Prix : 0 €
SLAM'ACTe///Les Réfugiés poétiques
31/03/2017 20h00
Spectacle SLAM'ACTe///Les Réfugiés poétiques
SLAM'ACTe///Les Réfugiés poétiques
Spectacle
Salle des congrès et des arts vivants - Pointe-à-Pitre - 97110 Pointe-à-Pitre
[size= 22.0pt; font-family: "Gill Sans MT"; mso-bidi-font-family: Times; color: #e36c0a; mso-themecolor: accent6; mso-themeshade: 191]Rencontres créatives,[/size][size= 28.0pt; font-family: "Gill Sans MT"; mso-bidi-font-family: Times; color: #e36c0a; mso-themecolor: accent6; mso-themeshade: 191] [/size]Les
réfugiés poétiques
[size= 28.0pt; font-family: "Gill Sans MT"; mso-bidi-font-family: Times; color: #e36c0a; mso-themecolor: accent6; mso-themeshade: 191][/size]
Au départ une
rencontre : Myriam BALDUS et Corneil MBOMBO.
Un spectacle petite forme
dans l'univers slam/beat box, un duo de voix, de son mais pas que ! Ce
sont deux êtres qui se taquinent, s'écoutent, se regardent, se comprennent
pleurent aussi mais surtout se jouent de l'espace qui n'existe pas entre eux
car ils sont aussi important l'un que l'autre pour raconter les histoires qui
se débobinent comme de petits dessins animés.
L'émotion est au cœur de
chaque texte, tout réside dans la force du propos même si celui ci se fait
souvent léger il dénonce une blessure plus profonde. tantôt on perçoit le
personnage et parfois on voyage au-delà des êtres pour se poser sur le visage
de l'âme.
Le groove est le souffle du
spectacle, car chaque texte est arrivé avec lui, d'où un certain mouvement.
Le spectacle va prendre au
Mémorial ACTe, une autre forme, il va se fabriquer en même temps que les rencontres
qui vont se produire au sein des ateliers…
C'est aux rives mêmes de
cette création vivante toujours à inventer que s'esquissent cette résidence de
jour qui propose de mettre en synergie, en perspectives leur écriture avec
celle de slameur du territoire avec cette fois, Myriam BALDUS et BRONIX. 
 
Prix : de 5 € à 10 €
UNE NUIT, UNE OEUVRE. Yinka Shonibare. Réappropriation culturelle
01/04/2017 18h00
Soirée UNE NUIT, UNE OEUVRE. Yinka Shonibare. Réappropriation culturelle
UNE NUIT, UNE OEUVRE. Yinka Shonibare. Réappropriation culturelle
Soirée
Salle des congrès et des arts vivants - Pointe-à-Pitre - 97110 Pointe-à-Pitre









Dans le cadre du cycle mensuel « Une nuit, une
œuvre… », le Mémorial ACTe donne carte blanche à l'ARTOCARPE. C'est dans
la perspective de La Décennie
internationale des personnes d'ascendance africaine
, initiative lancée en
2015 par l'UNESCO, l'artiste Joëlle Ferly propose un cycle de conférence visant
à mieux comprendre les propositions artistiques contemporaines d'artistes
majeurs et d'artistes de la Diaspora Africaine et de nos régions. Avec le
précieux soutien de la Région Guadeloupe et du Conseil Départemental.

[size= 11.0pt] [/size]
A travers ce cycle de conférences nommé « Black Aesthetics », le
participant sera formé à la lecture d'œuvres contemporaines, jugées trop
souvent hermétiques par le grand public. De plus, le participant sera initié
aux discours qui sous-tendent les œuvres sélectionnées. Il sera également en
mesure de mieux saisir les enjeux de l'art contemporain et l'importance pour
les artistes de nos régions d'être visibles et soutenus sur les plateformes
internationales (Biennale de la Havane, Biennale de Venise, FIAC, Art Basel…).
« Yinka Shonibare est né à Londres en 1962. C'est là qu'il vit et
travaille. D'origine nigériane, il a vécu en Afrique de 7 à 17 ans. Sa
réflexion se heurte à la question de l'identité lorsque, étudiant, on lui
suggère d'exprimer davantage ses racines dans son travail. Il s'amuse alors à juxtaposer
des images d'objets du British Museum avec des appareils électroménagers et
défie le spectateur de le situer dans l'un ou l'autre de ces registres. Après
des études à la Byam Shaw School of Art
(1984-1989) et au Goldsmiths College
(1989-1991), il se sert au début des années 90 du tissu africain pour remplacer
la toile (Double Dutch). Sa démarche prend toute sa signification lorsqu'il
introduit le tissu “wax” dans l'univers victorien et en habille la bourgeoisie
qu'il représente par des mannequins sans tête. (…) Ayant reçu récemment une
haute distinction britannique, “Member of the British Empire”, il a décidé
dorénavant d'adjoindre systématiquement le sigle MBE à son nom. Une façon de
souligner les paradoxes de l'Histoire. ».
Source : Africultures -
Les mondes en relation.

 
Prix : 0 €
Bokantaj /// Carré d'Art Guadeloupe
11/04/2017 18h30
Soirée Bokantaj /// Carré d'Art Guadeloupe
Bokantaj /// Carré d'Art Guadeloupe
Soirée
Salle des congrès et des arts vivants - Pointe-à-Pitre - 97110 Pointe-à-Pitre









Nathalie Hainault présente le projet « Carré
d'Art Guadeloupe », elle nous invite à découvrir les œuvres de Ronald
Cyrille, Daniel Dabriou, Diane Hugé et José Man Lius.
 BOKANTAJ
« Carré d'Art de Guadeloupe, ce sont quatre
visions d'artistes issus de l'archipel guadeloupéen que j'ai souhaité réunir,
car ils ont opté pour l'œuvre comme expérience, dans des contextes différents
et des affinités esthétiques qui investissent l'espace local, comme le global.
« Réaliser » cette Caraïbe au sens large du terme, revient à trouver une
lisibilité au delà de l'arc caribéen, tout en ayant cette volonté de maîtriser
nos origines. L'épaisseur de notre histoire, comme celle du temps d'une oralité
remplie de silences, est aujourd'hui mise à l'épreuve par l'art : flash-back,
zoom ou focus sur l'état présent et mode « plein écran » sur un futur aussi
incertain, que bourré de technologies innovantes. »
Nathalie Hainaut, critique d'Art

 
Prix : 0 €
ALGER, MON AMOUR...
12/04/2017 20h00
Spectacle ALGER, MON AMOUR...
ALGER, MON AMOUR...
Spectacle
Salle des congrès et des arts vivants - Pointe-à-Pitre - 97110 Pointe-à-Pitre









ALGER, MON AMOUR
(Nèfta Poetry)
 
Alger,
Mon Amour,
Je touchai des yeux les dunes rouges
qui te font flancs
Elles étaient solennelles...
Nostalgiques des ancestralités des
hommes
Avaient-elles porté comme des
ventres
les lignées des civilisations
universelles ?
unies vers celles qui allaitent le monde ...
ces dunes, autant de mamelles-nourricières-ombilics-abreuvant
la mer des hommes...
Alger,
 
Mon Amour,
J'arrivai cousin métèque, en frère opprimé,
En désertion d'un corps étranger qui ulcérait mon
estomac
Enkystait ma peau, vérolait mon âme nègre,
En désertion d'une carcel, une geôle d'illusions,
où je n'avais que des visions évanescentes d'un peuple relevant le défi de
l'affirmation...
[size= 13.0pt; font-family: "Gill Sans MT"; mso-bidi-font-family: Didot] [/size]
1969. Alger. Des révolutionnaires, des femmes, des
hommes, des Africains du continent entier, et de la diaspora africaine
célèbrent l'avènement d'un troisième monde... la rencontre des Suds. Le
panafricanisme. Fanon est décédé en 1961. Rupaire est déjà de retour en
Guadeloupe. Ils ont fait l'Algérie. Ils l'ont aussi écrite... Alger, mon Amour.
Insoumission en temps de paix... comment être
insoumis alors que la guerre est achevée... mais de quelle guerre parlons-nous
? Rupaire condamné par la France pour désertion et pour s'être rallié à la
cause algérienne devient un symbole poétique de la révolution indépendantiste
guadeloupéenne. Et l'Algérie l'inspiration. Fanon, le martiniquais s'y est
engagé : psychanalysant les 'damnés de la terre'. Ils appartiennent à deux
mémoires collectives qui se téléscopent. Elles se heurtent. Nèfta voudrait les
faire discourir ... À travers cet hommage à l'Algérie, à Alger, ville panafricaine,
à 1969, 67 et 68, à la poésie de Rupaire qui a façonné le visage du
militantisme guadeloupéen, elle cherche à interroger l'appel à la révolution.
Militantisme. Sacrifice. Poétique de l'exil ou du voyage émancipateur... Les
paysages de l'Algérie et cette couleur des sables ocres, orangés...
Seule
en scène,
écrit et interprétée par Nèfta Poetry. Une scénographie
de Minia Biabiany autour d'une création multidisciplinaire et
multidimensionnelle, qui emprunte autant à la poésie acoustique, à la performance
chorégraphique ou à l'installation. À travers les tableaux développés, il
s'agit d'explorer les voix du militantisme, la voix de Sonny RUPAIRE…
TEXTES
Sonny
RUPAIRE
Stéphanie
MELYON-REINETTE


COMPOSITION
MUSICALE
Exxos
Mètkalola
Gérald
TOTO
Christophe
ISSELÉE
 
SCÉNOGRAPHIE
Minia
BIABIANY
 
PRODUCTION
Mémorial
ACTe

HEURE :
20H Tout public (Salle des congrès
et des arts vivants)[size= 10.0pt; font-family: "Gill Sans MT"; mso-bidi-font-family: DIN-Medium; color: #df154a][/size]
[size= 10.0pt; font-family: "Gill Sans MT"; mso-bidi-font-family: DIN-Medium; color: #df154a]DURÉE : [/size][size= 10pt; font-family: 'Gill Sans MT']60min SPECTACLE PETITE FORME - Seule en scène[/size][size= 10.0pt; font-family: "Gill Sans MT"; mso-bidi-font-family: DIN-Medium; color: #df154a][/size]

 
Prix : de 5 € à 10 €